La Nouvelle Recherche

De CNRLIB
Aller à : navigation, rechercher


Il peut paraître prétentieux de se qualifier soi-même de "Nouvelle Recherche" :

  • il s'agit tout d'abord de suivre et respecter l'esprit de la Constitution française qui est maintenant précisé par la charte de l'environnement et inclut :
  • le principe de précaution
  • et la définition de cette "nouvelle recherche" lorsque son article 9 précise à même niveau que "La recherche et l'innovation doivent apporter leur concours à la préservation et à la mise en valeur de l'environnement.
  • en fait il s'agit simplement qualifier les conditions particulières de la recherche publique, privée et plus particulièrement civile dans le contexte de la "cybernité" des "Nouvelles Technologies" et du "Libre" où l'un des acteurs centraux de l'innovation, participant à la recherche ou en fournissant l'incitation est l'"utilisateur pilote".


Cette nouvelle recherche se réclame d'une nouvelle méthode qui se découvre dans le cadre d'une manière de penser nouvelle. Elle s'est peu à peu développée depuis la singularité du 21 janvier 1889 (acceptation de l'insolvabilité logique du problème des n-corps et l'ouverture sur la complexité). Elle semble caractérisée par au moins deux paradigmes nouveaux :

  • la notion de reticat étendant au polylectique complexe celle de prédicat propre à la dialectique (sujet, objet) séquentielle.
  • la notion de bot dans un cadre cobotique ubiquitaire permettant de faire rentrer la techne au sein du logos humain pour faciliter la réflexion de la psyché (par extension du soma (NB. le recours à des mots "anciens" permet de souligner une nouveauté qui n'est que dans l'approfondissement rendu possible des notions premières).

Un grand nombre de paramètres du monde de la Recherche en est affecté. Notre ambition est de les recenser, de les documenter, ainsi que leurs conséquences, et d'aider à accueillir les nouveaux venus dont ils permettent de faciliter et de faire connaître les travaux.


Il est indéniable que de façon pratique la nouvelle recherche a besoin de la libéralisation publique de la langue de la pensée. Ceci correspond en particulier

  • au "libre accès de tous, par tous et pour tous" de la normalisation actuelle retenue par les normes de l'ISO/TC 37 :
  • ISO 704 (Principes et méthodes de la terminologie),
  • ISO 1087 (Terminologie - vocabulaire)
  • et ISO 10241-1 et ISO 10241-2 (Normes terminologiques internationales - Elaboration et présentation).
Soit 606 euro pour un simple droit de lecture non reproductible de ces seules normes.
D'autant que l'ISO/TC 37 plaide pour une normalisation des définitions qui ne tient pas nécessairement compte des besoins des spécialistes ni des difficultés auxquelles sont confrontées les auteurs d'un dictionnaire" (LORIA).
  • à une doctrine normative unifiée du document. Un chemin de réflexion est le travail fait par LOV et Digilift.