Préparation de la Charte

De CNRLIB
Aller à : navigation, rechercher


Ce site a pour ambition de réunir les propositions pour une Charte de la Recherche Libre et des missions et statuts d'un centre de synergie entre ses cosignataires.

C'est ici que nous allons réunir les propositions et suggestions pour cette Charte. Elles devraient s'inscrire dans le cadre de la charte des Sciences_paticipatives signée le 20 mars 2017



  1. L'engagement d'un projet de recherche réclame des investissements préparatoires lourds. Ils sont en argent et/ou en temps. Ceci réserve-t-il les projets coûteux aux jeunes chercheurs (qui ont avec eux la durée de la recherche de financement et l'ignorance des compromissions intellectuelles parfois nécessaires) et les autres aux séniors ? La recherche elle-même ne réclame que de l'échange, de l'information et de l'intelligence. Ce qui limite la recherche libre, en particulier des séniors non rattachés à une université, est donc le coût de l'information (outil pour la collecter, acquisition documentaire). C'est dans ce sens que le CNRLIB doit travailler : mailler un tissu documentaire accessible à ses membres.

  2. puisque l'on parle d'argent, beaucoup sont prêts à chercher pour la "gloire" et sa synergie. Mais pour cela il faut que cette "gloire" soit organisée et donc comprise. Cette "gloire" n'est pas celle de l'auteur mais celle du résultat pour qu'il puisse s'articuler avec ceux des autres dans l’intérêt commun. Au temps du "multidisciplinaire" la renommée ne vient pas d'avoir découvert un sommet, mais qu'il forme un massif avec d'autres : la "gloire" des résultats communs retombe ainsi comme élargie sur chacun des contributeurs et favorise les échanges utiles.

  3. la force de la recherche libre est le temps et l'autonomie. Cela veut dire qu'il faut les faire fructifier. Le temps par de l'organisation, l'autonomie par l'échange. L'on trouve les idées nouvelles dans le chaos des pensées des autres. C'est en ce sens qu'il s'agit de re-cherche, et qu'elle résulte en une maïeutique mutuelle entre "rechercheurs".

  4. des mécanisme intellectuels et des outils nouveaux, et aussi des métaphores nouvelles apparaissent et/ou doivent être recherchés suscités par la catalyse intellectuelle apportée par l'informatique et l'intelligence/sémantique artificielles. Ceci entraine un nouveau paradigme que l'on identifiera comme celui de la nouvelle recherche et qui est un trait émergent de l'humanité. Certains l'appellent le "plus-humains", d'autres à l'étendre à certains aspects des systémiques logicielles qui y concourent provoquant une accélération ré-entrante de la recherche, de l'apprentissage profond et de la compréhension.

  5. Le CNRLIB ne devrait être conçu que comme un moyen de soutien et de catalyse de la recherche Libre fondé sur l'approche nouvelle de la pensée dite complexe au sein d'une agora ouverte de rechercheurs. Il devrait donc s'agir du secrétariat commun de ressources, d'outils et d'avantages utiles partagé et bâtis ou réunis ensemble.