Sciences et Recherches participatives

De CNRLIB
Aller à : navigation, rechercher


Sciences participatives 
Les sciences et recherches participatives sont des formes de production de connaissances scientifiques auxquelles participent des acteurs de la société civile, à titre individuel ou collectif, de façon active et délibérée.
[1]. 20 mars 2017.
Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, en présence du Secrétaire d'Etat Thierry Mandon.
Note 
La Recherche Libre se caractérise par le libre choix et la conduite de ses projets et programmes de recherche par des membres personnes physiques ou morales de la société civile. Elle peut donc tout à fait porter sur des sciences participatives ou coopérer à des projets de sciences participatives, notamment contribuer par l'expérience et les liens de ses membres et pour faire fructifier les moyens et les compétences de partenaires publics et privés dont elle pourra bénéficier en retour.

Mission Sciences Participatives La suite :

"Les premiers signataires sont une trentaine d'établissements d’enseignement supérieur et de recherche, d'ONG et d'associations. La création d'un portail des sciences participatives est aujourd'hui à l'agenda pour notamment soutenir l'animation dans la durée de la conférence des signataires de la charte".

Le projet CNRLIB s'inscrit depuis 2015 dans le cadre de cette suite annoncée. Dans la perspective de la Recherche participative, notamment dans les domaines de Recherche et Développement Libres et Sénior des Nouvelles Technologies du Numérique et du Digital, de la Cobotique et de la multimatique, des Sciences de l'Expérience, de la réflexion philosophique, technosophique et épistémologique, de la normalisation, etc.




Charte des sciences et recherches participatives en France

Accompagner, soutenir et promouvoir les collaborations entre acteurs de la recherche scientifique et de la société civile


Mission des Sciences Participatives


Préambule

Les collaborations entre la communauté scientifique et la société civile, telle que définie par le Comité économique et social européen ou par l’UNESCO, connaissent un fort développement. Les organismes de recherche, les universités et les autres établissements d’enseignement supérieur et de recherche coopèrent ainsi avec un nombre croissant d’associations, d’établissements de formation, d’organisations non gouvernementales et d’acteurs culturels ou socio-économiques dans de multiples champs disciplinaires et secteurs d’activité.

Motivées par la curiosité scientifique ou par la recherche de solutions à des enjeux complexes (économiques, sociaux, sanitaires, environnementaux, culturels, éducatifs, éthiques ou identitaires), les parties prenantes aux projets scientifiques participatifs sont de plus en plus nombreuses et variées. Ce mouvement a aussi donné lieu à diverses initiatives portées par des ministères ou des collectivités territoriales et il est soutenu par l’inscription dans la loi du 22 juillet 2013 de l’importance de « favoriser les interactions entre sciences et société ».

Le développement des recherches et sciences participatives est appelé à durer et s’amplifier au regard :

  • des succès rencontrés, dans un vaste éventail de disciplines, par de nombreux projets,
  • de l’augmentation du niveau d’éducation global de notre société,
  • des défis de cohésion et de solidarité auxquels celle-ci est confrontée,
  • de la volonté croissante des citoyens de s’impliquer dans les processus de décision publique et d’une plus grande ouverture des établissements d’enseignement et de recherche aux enjeux de citoyenneté active,
  • des possibilités croissantes offertes par les sciences et technologies numériques.

Ainsi que l’a illustré le rapport de février 2016 « Les sciences participatives en France », la nature et l’intensité de ces interactions varient selon les projets : production ou analyse de données, contribution au financement, élaboration du questionnement scientifique en réponse à des problèmes concrets, construction conjointe de projets et de dispositifs de recherche, etc .

Cette grande variété d’initiatives demeure cependant encore peu visible aux yeux de l’ensemble de la société, des médias et des décideurs. Les motivations des différents acteurs impliqués et leurs résultats pâtissent également d’une trop faible reconnaissance. Enfin, la réussite et la diffusion de ces actions supposent de respecter un certain nombre de valeurs, de principes et de conditions. Attachés au bon développement des sciences et recherches participatives, les signataires de cette charte expriment ainsi un ensemble d’engagements. Celle-ci vient compléter les chartes nationales de l’expertise scientifique et technique (2010, de déontologie des métiers de la recherche (2015) et diverses chartes relatives au partenariat.


Définition

Les signataires adoptent la définition qui suit : les sciences et recherches participatives sont des formes de production de connaissances scientifiques auxquelles participent, avec des chercheurs, des acteurs de la société civile, à titre individuel ou collectif, de façon active et délibérée.


Valeurs partagées

Promotion de la coopération et de la production de biens publics ou communs

A travers leur démarche, les signataires expriment leur volonté de favoriser le développement des interactions et des coopérations entre la société civile et la communauté scientifique. Ces collaborations privilégient les principes de non rivalité et de non exclusivité sur les connaissances produites. Elles peuvent s’accompagner d’une gestion commune de ces biens si les parties prenantes en expriment le besoin et en acceptent le principe.

Respect de l’autonomie des parties prenantes et reconnaissance mutuelle

Les signataires reconnaissent la diversité et la légitimité des attentes et des formes d’organisation des acteurs de la communauté scientifique et de la société civile. Ils respectent leur autonomie respective et sont attachés à la reconnaissance mutuelle et à la non-instrumentalisation des parties prenantes engagées dans les dispositifs scientifiques participatifs. Ce respect mutuel favorise une amélioration des capacités et aptitudes de réflexion, d’analyse et d’argumentation des différents acteurs.

Diversité des savoirs à l’œuvre et pouvoir d’agir des acteurs

Les signataires reconnaissent la variété des savoirs des différents acteurs engagés dans les dispositifs scientifiques participatifs. Ils reconnaissent le rôle de ces dispositifs dans le renforcement des capacités à agir de ces acteurs. Ces dispositifs communs peuvent ainsi avoir pour objectif et effet d’améliorer et de favoriser la participation ainsi que la promotion sociale du plus grand nombre.


Principes déontologiques et d’intégrité scientifique

Les signataires s’engagent à respecter les principes d’intégrité et de déontologie suivants, qui concourent à garantir la transparence des projets scientifiques participatifs et le respect mutuel entre les acteurs impliqués. Ces principes concernent l’ensemble du cycle de vie de chaque projet : les motivations de ses acteurs et la finalité de leurs collaborations, l’élaboration de ses objectifs, son financement, l’usage voire l’élaboration d’un langage commun, la démarche scientifique adoptée, la diffusion et l’utilisation des résultats obtenus. Les signataires s’engagent en outre à promouvoir une veille éthique et déontologique sur les recherches et sciences participatives.

Démarche scientifique rigoureuse et partagée

La démarche construite est rigoureuse et permet d’assurer la qualité scientifique des travaux menés, la fiabilité et la reproductibilité des données. Les initiateurs du questionnement initial et les scientifiques concepteurs des protocoles de recherches veillent à présenter clairement les méthodes employées et les ressources nécessaires (outils, infrastructures, équipements, formations, financements). Chaque contributeur peut participer au processus scientifique, en comprendre les tenants et aboutissants, ainsi que le domaine de validité des résultats obtenus. Il s’engage à mettre en œuvre les protocoles avec rigueur, objectivité et honnêteté.

Gouvernance explicite

Les modalités et degrés d’implication individuelle ou collective des acteurs de la communauté scientifique et de la société civile dans la gouvernance des projets participatifs varient selon les cas. Les instances qui assurent le pilotage des projets et la coordination des différents acteurs impliqués sont explicitées. Les modalités de gouvernance sont décidées par l’ensemble des initiateurs d’un projet et acceptées par tous les participants.

Utilisation concertée des données

Les droits de reproduction, de diffusion et d’utilisation des données et connaissances sont précisés en amont pour chaque partie prenante au programme, dans le respect de la réglementation, à travers une contractualisation ou l’acceptation de conditions générales d’utilisation. L’ouverture à tous et le partage gratuit peuvent également être recherchés.

Respect de la vie privée

Les données personnelles collectées dans un programme scientifique participatif font l’objet d’une attention particulière afin de protéger la vie privée des participants et de recueillir leur accord informé.

Juste reconnaissance de chaque partie prenante

Une juste reconnaissance et une juste valorisation des apports de chaque partie prenante sont recherchées. L’engagement des scientifiques dans des travaux scientifiques participatifs et notamment dans leur animation est pris en compte, au même titre que toute autre activité scientifique, dans leur évaluation et leur évolution de carrière. La reconnaissance des acteurs non scientifiques professionnels peut prendre des formes diverses, clairement établies dès la mise en place du projet. En particulier, les publications scientifiques et les autres productions issues des projets mentionnent clairement la contribution des différents acteurs.

Evaluation adaptée des dispositifs et projets scientifiques

L’évaluation des dispositifs et projets scientifiques participatifs a le même niveau d’exigence que celle de tout projet scientifique : elle tient compte des critères usuels relatifs à la qualité des recherches et de leurs résultats. Elle prend également en considération leur impact sur les participants et le respect des principes propres aux dispositifs participatifs explicités dans cette charte.


Conditions de réussite

Les signataires ont conscience que le succès des projets scientifiques participatifs suppose également des ressources et une mise en œuvre adaptées. Gestion efficace et opportune des ressources

La disponibilité de ressources humaines et financières ainsi que, dans de nombreux cas, d’équipements et infrastructures est déterminante pour le déploiement des projets scientifiques participatifs. Différents leviers permettent de favoriser cette disponibilité : une gestion adaptée et pérenne des ressources, la recherche de financements publics et privés alternatifs, ou encore la mise en commun de moyens entre différentes parties prenantes.

Outils numériques adéquats

Les sciences et technologies numériques sont mobilisées de façon croissante pour faciliter la collecte, la gestion et la valorisation des données et pour favoriser les échanges entre les différents acteurs. Les outils numériques mis en place sont accessibles, adaptés aux besoins, aux capacités et aux niveaux d’investissement des différents utilisateurs. Ils sont déployés à une échelle géographique pertinente.

Accompagnement des acteurs

Les initiateurs d’un projet scientifique participatif sont attentifs à l’accompagnement des différents participants et mobilisent des compétences d’animation chez les parties prenantes ou auprès de professionnels du secteur concerné, des outils pédagogiques et des formations adaptés.

Mise en œuvre adaptée aux milieux éducatifs

Les programmes scientifiques participatifs s’inscrivent dans une dynamique globale visant à instiller des logiques d’éducation par la recherche dès le plus jeune âge. Leur déploiement dans les milieux éducatifs — scolaires et non scolaires — nécessite la prise en compte de plusieurs spécificités : la formation et l’accompagnement de tous les corps de métiers engagés (élèves, professeurs, éducateurs, inspecteurs, animateurs, médiateurs, bénévoles), la temporalité des acteurs ainsi concernés, l’insertion dans des actions transversales comme les enseignements pluridisciplinaires, le choix d’approches pédagogiques ludiques et innovantes.


Cette charte a été signée par une trentaine d’établissements de l’ESR, d’ONG et d’associations le 20 mars 2017 au Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en présence de Thierry Mandon, secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

________________________

Ont participé à la réflexion conduisant à sa signature : Accustica (CCSTI), ADEME, AFAF, AFBV, AFIS, AGENAE et Association Déclic & clac !, Agence nationale de la recherche, AGIR au Bénin, AgroParisTech, Agrosup Dijon, ALISS, AllEnvi, Alliance des sciences et technologies du numérique (Allistene), Alliance nationale de coordination de la recherche, Alliance nationale de recherche, Alliance sciences-société
, Ambassade de France au Canada, ANSES, Association de consommateurs CLCV, Association GEPOG Guyane, Association La Vigie de l’eau, Association Les Petits Débrouillards, Association Paris-Montagne, Association Tree of science, ATD Quart Monde, AxLR, BRGM, Bureau central sismologique français, CEA, CEA-CNRS-Inra-UJF, CEFE, Centre de Recherches Interdisciplinaires, Centre Max Weber, CEREMA, Chaire Unesco Alimentations du Monde, Chambre d’agriculture de l’Eure, Cirad, CIRAD-AGIRs, CNA, CNAM, CNRS, Collectif National Sciences Participatives-Biodiversité, Commission européenne, Conseil régional d’Aquitaine, Conseil Régional Midi-Pyrénées, Conseil Régional PACA, Conservatoire d’espaces naturels du Nord - Pas-de-Calais, Conservatoire régional d’Aquitaine, CPU, CRIDF, CRREF, Cybelle planète, Ecole Pratique des Hautes Etudes, EDYTEM, EFS BFC, EHESS, ENFA, Espace éthique IDF, ESTRAN Cité de la Mer, Fondation de France, Fondation Internationale de Recherche Appliquée sur le Handicap, Fondation Sciences Citoyennes, Fonds Bergère, Fonds de dotation Explore, GDR PARCS, GIS Démocratie
, GRAB, Grenoble INP, Groupe de réflexion avec les associations de malades de l’Inserm, Ifremer, IFSTTAR, IHEST, INERIS, INP-ENSIACET, Inra, Inria, INSERM, Institut des Territoires Coopératifs, Institut Universitaire Européen de la Mer, International Meteor Organization, IRD, IRSN, Irstea, ISC Paris, IUT de Tarbes, Laboratoire d’Excellence ARBRE, Laboratoire d’Innovation Sociale par la Recherche-Action, Les Amis du Monde Diplomatique, Les Petits Débrouillards, LIRDEF, LISIS, LPO, LPO Franche-Comté, LPO Île-de-France, Mairie de Pont du Château, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, MEDDE, MENESR, Météo France, Métropole Rouen Normandie, Mission Agrobiosciences, MNHN, Nature 18, Parc naturel des Bauges (Savoie), Planète Mer, Pôle Emploi, Prima terra, Région Nord - Pas-de-Calais, Science au Service des Citoyens, Sciences Animation (CCSTI Midi-Pyrénées), SHOM, Société Française d’Orchidophilie, Supagro, Tela Botanica, Telecom Saint-Etienne, Traces, UMR CNRS - Université Savoie mont Blanc, UMR Inra-AgroParisTech, UMR Métafort, UNCPIE, Université BFC, Université Carleton, Université d’Orléans, Université de Genève, Université de Grenoble, Université de la Rochelle, Université de Lorraine, Université de Nantes, Université de Strasbourg, Université de Toulouse, Université Grenoble-Alpes, Université Lille 2, Université Lyon 1, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Université Paris 8, Université Paul Sabatier, Université Pierre et Marie Curie, UPMC, UPOV, UQAM, UVSQ, Ville de Paris, Wikimedia France, et WWF

représentés par (selon le site de la Mission) :

Auffray Jean-Christophe, Beauvillard Patrick, Binot Aurélie, Charlet Sandrine, Emzivat Gilbert, Fiorini Cyril, Legris Martine et les membres du groupement, Paturel Dominique, Perrin Anne, Vincent Brunie, Alexandre Gisèle, Amer-Yahia Sihem, Ancori Bernard, Andro Mathieu, Arnal Céline, Arnault de Sartre Xavier, Artheau Malvina, Assouline Pierre, Aulagnier Stéphane, Bada Aimé, Bagnati Marie-Christine, Baptiste Philippe, Barbier Marc, Bariteau Michel, Barré Rémi, Barrois de Sarigny Charlotte, Bazile Fanny, Bazin Hugues, Beauvillard Patrick, Bentz Emeline, Bergère Amandine, Berthier Sylvie, Bertuzzi Patrick, Betored Diane, Blangy Sylvie, Bœuf Gilles, Bonche Jérôme, Bouc Olivier, Bouzeghoub Mokrane, Brault Pascal, Bréda Nathalie, Bresson Anne, Breton Camille, Brun Patrick, Bungener Martine, Bunle Ameline, Callois Jean-Marc, Cerf Marianne, Chagnon Gilles, Chapot Anaïs, Charbonnel François, Charbonnel François, Charoy François, Charvolin Florian, Chauvet Michel, Chervin Philippe, Chevalier Jacques, Chevallier-Le Guyader Marie-Françoise, Chrysos Paris, Cisse Abdoulaye, Coeugnet Chevrier Stéphanie, Conrard Amandine, Corneloup Thibault, Cota Mathilde, Coulon Jean-Baptiste, Couzi Laurent, Crepel Eliane, Cussenot Michèle, David-Beausire Christine, de Heaulme Christophe, de Pracontal Nyls, de Rochambeau Hubert, de Vries Hugo, Deconchat Marc, Dedieu Benoit, Delecluse Pascale, Delmas Pascal, Demeulenaere Elise, Devezeaux Nathalie, Diallo Laure, Dimeglio Tristan, Diol Thioune Mamadou, Donnet-Kamel Dominique, Duval Anne-Marie, Eddi Michel, Etienne Michel, Excoffon-Gagnoud Marie, Fabbri Karen, Fauconneau Benoît, Feldmann Philippe, Ferry Bruno, Fiorini Cyril, Fogel Frédérique, Fouchecourt-monget Sophie, Fourgassie Alain, Fourniau Jean-Michel, Fournier Meriem, François Camille, Frey-Klett Pascale, Gadon Catherine, Ganascia Jean-Gabriel, Ganascia Jean-Gabriel, Garcia de Cortazar-Atauri Iñaki, Garnier Lisa, Garrouste Romain, Gaudio Noémie, Geissmann Sylvie, Geslin Sandrine, Gillot Lucie, Girard Jean Pierre, Giraud Brigitte, Gissinger Thierry, Gosselin Agnès, Gracia Jean-Claude, Grange Ghylaine, Guillard Jean, Guilloux Jean-Marie, Guyon Marc, Heitz André, Hering Julien, Hirsch Emmanuel, Hoblea Fabien, Hoffschir Didier, Hologne Odile, Houllier François, Houngnon Alfred, Isabelle Jean, Joffre Richard, Joigneau-Gesnon Caroline, Joly Pierre-Benoît, Jouitteau Mélanie, Jugand Julien, Julliard Romain, Kerveno Yann, Kouzmine Yael, Kuntz Marcel, Lacle Mickaël, Lafon Obin, Lardon Sylvie, Laroche Gilles, Larqué Lionel, Laugier Sandra, Launay Jean-François, Le Bras Yvan, Le Goff Gaelle, Lebrun Isabelle, Léger François, Legrand Jack, Legris Martine, Lehtonen Markku, Lemaitre Nathalie, Leterme Evelyne, Lino Paula, Lorrain-Itty Aurélie, Loyce Chantal, Mainguy Gaell, Mambrini-Doudet Muriel, Marin Michèle, Martin Guillaume, Martin Jean-Claude, Martin Jean-Louis, Martin-Clouaire Roger, Matabos Marjolaine, Mathieu Anne, Mathieu Daniel, Mathieu Eliane, Medina Valéria, Melis Susanna, Merilhou-Goudard Jean-Baptiste, Messean Antoine, Meyer Morgan, Miaud Claude, Milliet Maud, Moity-maizi Pascale, Molino Jean-François, Mondet Fanny, Monestiez Pascal, Moneyron Anne, Monget Philippe, Montpellier Jean Frédéric, Moquay Tkaczuk Viviane, Morin Samuel, Mougey Virginie, Mourard Denis, Mousquey Nadège, Mussi Philippe, Nalpas Bertrand, Nerin Naïra, Nerin Philippe, Odoux Jean-François, Ogier Jean-Marc, Omon Bertrand, Ottolini Lucile, Païkine Olivier, Pajo Bertrand, Paturel Dominique, Pean Valérie, Pernin Jean-Louis, Peyroche Anne, Pfeiffer Louise-Anne, Picard Charlotte, Pilven Sophie, Pineau Thierry, Piperno Serge, Pistre Charles, Plateau Brigitte, Poirier Julie, Poisson-Quinton Emmanuel, Ponchet Michel, Potdevin Celia, Pouilloux Jean, Pouly Jean, Prevel Jean-François, Prevost Geoffroy, Prigent Cybill, Proulx Serge, Pujol Jean-Luc, Rastoin Jean-Louis, Rault Jean-Louis, Rebuffat Sylvie, Remy Jacques, Reynaud Philippe, Ridoux Vincent, Riou Christine, Roturier Christophe, Rousselle Christine, Saliba Yves, Salzmann Jean-Loup, Sandrin Ludivine, Sauvage Christopher, Savoia Nunzia, Sentenac Anne, Simon Christelle, Sira Christophe, Strasser Bruno, Suchard Marie, Sultan Emmanuelle, Taddei François, Talou Thierry, Terrada Richard, Therville Clara, Thiery Denis, Tixier-boichard Michèle, Tkaczuk Jean, Toledano Jacques, Toulhouat Pierre, Tournu-Sammartino Cécile, Turpin Sébastien, Vaills Catherine, Valantin Jean-Michel, Vallée Jean-Marie, Vattolo Diane, Vergote Marie-Hélène, Verheyden Hélène, Vezin Philippe, Viéville Thierry, Warlop François, Weidmann Jean-Christophe, Zagatti Pierre et Zumstein Emmanuelle.